Virus ? Vous avez dit Virus ?

 Je rédige cet article début Septembre 2020, alors que la pandémie du Coronavirus a touché la France en Mars 2020. Beaucoup d’informations circulent et peu d’explications, ce qui génère beaucoup d’inquiétude. Transmettre quelques données basiques permet de transformer des peurs irrationnelles en conscience éclairée.

Dans cet article, nous verrons ce qu’est un VIRUS, comment il vit, se transmet. Puis, tout ce que met en jeu notre système Immunitaire pour se défendre.

Mon intention est d’inciter chacun à améliorer sa qualité de vie afin d‘avoir des défenses immunitaires efficaces. Cet article est loin d’être exhaustif et je m’en excuse d’avance auprès des puristes.

Vous trouverez toutes les références bibliographiques en fin d’article. Je n’évoquerai que peu de données sur le Coronavirus car elles sont encore incertaines ou contradictoires dans l’état actuel des connaissances transmises au grand public.

DEPUIS QUAND PARLE T-ON DE VIRUS ?

A la fin du XIXème siècle, on n’observait que les bactéries et les champignons au microscope. Avec le développement de la microbiologie, Louis Pasteur et Robert Koch, furent les premiers à relier micro-organismes et maladies.

Adolf Meyer étudie une maladie sur les feuilles de Tabac. Il trouve que l’agent infectieux responsable n’est ni une bactérie, ni un champignon, et propose le nom de Tobacco Mosaïc Virus (TMV). Le mot VIRUS signifie « POISON » en Latin. Son observation au microscope électronique sera possible en 1939.

Depuis 1950, de rapides progrès en biologie moléculaire ont permis d’établir le génome des virus (développement de la microscopie électronique, cultures cellulaires de particules virales).

CLASSIFICATION

Les Virus sont vraisemblablement présents depuis la nuit des temps. Des bas reliefs Égyptiens décrivent les signes caractéristiques de la poliomyélite.

Il existe un nombre astronomique de virus. La plupart des organismes vivant hébergent des virus : mammifères, oiseaux, animaux aquatiques, plantes, bactéries.

Pour mieux les étudier, les virus sont classés en Ordre, Famille, genre, espèce. On identifie en permanence de nouveaux virus qui sont souvent des virus réémergeant. Cette classification est actualisée régulièrement par l’International Commitee on Taxonomy of Viruses (https://talk.ictvonline.org/)

 QUELLES SONT LES GRANDES FAMILLES DE VIRUS ?

  • Certains Virus n‘infectent que des plantes : les PHYTOVIRUS.
  • D’autres virus infectent spécifiquement certaines bactéries : les BACTERIOPHAGES; ils ont été une piste de recherche en médecine humaine. Les virus bactériophages (mangeurs de bactéries) sont présents dans tous les environnements. Les bactériophages des océans représentent la forme la plus abondante d’organismes contenant de l’ADN sur la planète!  (1 millilitre contient approximativement 50 millions de bactériophages).
  • les ONCOGENES VIRAUX (adénovirus, papillomavirus, rétrovirus, virus des hépatites…). Ces virus infectent les cellules et restent très longtemps silencieux. La phase d’incubation dure plusieurs dizaines d’années. La chronicité est caractéristique de ces virus qui déclenchent des Cancers chez l’homme. Dans le cas du virus de l’Herpès par exemple se sont les cortico-stéroïdes produits durant le  stress qui vont réactiver la réplication virale !!!
  •  Les ARBOVIRUS sont les virus portés par les moustiques, les tiques, surtout en zones tropicales… Le moustique est une véritable usine à produire et disséminer les virus ! Ils sont responsables de formes graves pour lesquelles, à ce jour, il n’y a pas de traitement (Virus de la Dengue, virus Ebola).

QU’EST-CE QU’ UN  VIRUS  ?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est virus-4030721__480.jpg

  • Leur Taille :   Les virus sont les plus petits micro-organismes décrit à ce jour. Leur taille varie de 20 à 300 nanomètres et jusqu’à 1 micron pour les virus géants.  Rappelons que 1 micron = 1000 nanomètres. 

CONSÉQUENCES DE LEUR TAILLE par rapport aux MASQUES  FILTRANT 

  Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est monalisa-4893660__480.jpg

Selon le type I, II ou III, les masques sont capables de filtrer 95 à 98% des aérosols contenant des particules de 3 microns( soit 3000 nanomètres) !!!

Les particules virales faisant entre 20 à 300 nanomètres, il est clair qu’un MASQUE CHIRURGICAL  LAISSE  LIBREMENT  PASSER  LES  PARTICULES  VIRALES de 0,3 microns !!!

Quand aux MASQUES  FFP2, beaucoup plus filtrant, ils retiennent des particules de 0,6 microns (600 nanomètres) la aussi, INEFFICACE contre des virus de 20 à 300 nanomètres !!!(http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html)

  • Composition des VIRUS: Les virus ne sont pas vivant. Ils n’ont pas de noyau ni d’organites cellulaires, ils n’ont pas de métabolisme propre qui leur permettrait de survivre. Se sont des parasites obligatoires : ils ne peuvent survivre qu’en parasitant une cellule, sinon, ils meurent. Ils ne peuvent pas survivre et se multiplier seul.

La particule virale comprend  : -une ou plusieurs molécules d’acide nucléique constituant son génome (soit de l’ADN, soit de L’ARN), – une coque de protéines appelée «capside » – il est entouré ou non d’une enveloppe :Virus enveloppés ou Virus Nu.  

Le génome porte toutes les informations nécessaires à la multiplication du virus, grâce au matériel de la cellule infectée.

Les Virus possèdent des protéines qui leur permettent l’attachement spécifique à certaines cellules cibles. Par exemple, sur les cellules du foie (virus des hépatites), ou sur les cellules pulmonaires (Virus Influenza de la grippe, virus Covid 19).

En infectant une cellule hôte, ils détournent à leur profit les éléments de la cellule pour qu’elle réplique leur propre génome et forment de nouvelles particules virales appelées virions. Cela aboutit à la mort de la cellule hôte et la libération de millions de virions dans l’organisme contaminé. Ou bien , certains virus restent silencieux plusieurs années dans des cellules avant de provoquer une maladie.

COMMENT SURVIE UN VIRUS  DANS LE MILIEU AMBIANT?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est istockphoto-607962446-170667a.jpg

LES VIRUS ENVELOPPES :

Les virus enveloppés sont les plus fragiles ( VIH du SIDA, Virus de la Grippe, Coronavirus). ILS NE PEUVENT PAS SURVIVRE DANS L’ENVIRONNEMENT.  Ils ne peuvent être transmis que par contact direct ou par l’intermédiaire de produits biologiques frais: sang, salive qui préservent leurs structures.

En effet, l’enveloppe est constituée d’un fragment de la membrane de la cellule infectée. Les protéines virales ajoutées permettront la reconnaissance des cellules cibles et l’infection. Mais l’enveloppe est fragile: à la dessiccation, à la chaleur, aux détergents.

L’altération de l’enveloppe rend le virus incapable d’infecter la cellule hôte.

Cette propriété est utilisée dans les protocoles de décontamination et de désinfection. Pour les virus tels que la grippe, le VIH, la décontamination se fait avec des solvants doux, le savon est souvent suffisant!!! D’où l’importance de bien se laver les mains!

Pour la désinfection des locaux : Voici les références du protocole de désinfections des locaux dans le cas du Covid 19:  https://www.cdg84.fr/wp-content/uploads/2020/04/Flash-Info-SST-CORONAVIRUS-Protocole-de-nettoyage-et-de-d%C3%A9contamination-des-locaux.pdf

LES  VIRUS  NUS :  Les virus Nus ( par ex les Rotavirus des GASTRO ENTÉRITES ) sont beaucoup plus résistant  dans le milieu extérieur. Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est index.jpg

 Les virus nus résistent à la température, aux enzymes et même à l’acidité du tube digestif ! Ces virus nus sont disséminés dans les selles et restent infectieux plusieurs mois.

Mais exception des coronavirus: ils peuvent provoquer des gastro entérites alors qu’ils sont enveloppés (…?)  Le virus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) semble résister dans les selles.

COMMENT SE DEPLACENT LES VIRUS ?

Les Virus ne disposent pas de moyen propre pour se déplacer.

Comment se déplace un Virus  ?

 L’eau peut servir de véhicule. Les eaux domestiques usées et urbaines sont particulièrement chargées de virus. Le Coronavirus a même été recherché dans les eaux usées : (cf article de Science, Juillet 20 :https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-coronavirus-se-cache-dans-les-eaux-usees-et-cest-une-mine-dor-pour-les-chercheurs_fr_5efdb345c5b612083c57d3ea)

Les pays du nord disposent de systèmes de décontamination sophistiqués pouvant éliminer la plupart des virus. Ce qui n’est pas le cas des pays où sévit la mousson.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est usees-sevacuant-egouts_0_729_480.jpg

Les Virus prennent-ils l’avion   ? …. OUI !!!

 Le mode de dissémination extrêmement rapide dans le monde n’a été possible que par la circulation intense des populations autours de la planète via les avions long-courriers, considérés comme les vecteurs principaux d’épidémies dans le monde. Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est aeroport.jpg

Les systèmes de ventilation des avions possèdent des filtres très performant contre les virus et bactéries. Cependant, l’avion est un lieu de propagation rapide des virus d’un passager à l’autre ! Un foyer initialement localisé à une zone géographique  peut se transformer en pandémie  en quelques jours, comme nous l’avons vécu ! 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est istockphoto-1155415094-170667a.jpg

COMMENT  SE  TRANSMETTENT  LES  VIRUS ?

 Les voies de transmissions identifiées pour les virus qui n’infectent que l’homme sont : par aérosol ; féco-orale; sexuelle.

  • Transmission par aérosol pour les affections respiratoires, rhume,grippes… Les virus produits dans les voies respiratoires vont en être expulsés par la TOUX et les ÉTERNUEMENTS, afin d’infecter un nouvel hôte au niveau de ses voies respiratoires. Un éternuement peut produire jusqu’à à 40 000 micro gouttelettes de 0,5 à 12 microns de diamètre pouvant atteindre une vitesse de 100 mètres à la seconde. Selon leur taille et leur poids, ces gouttelettes vont rester en suspension dans l’air jusqu’à retomber par gravité. On parle alors de fomites. Les virus sont déposés sur un objet par des liaisons électrostatiques. L’objet est contaminé et contaminant mais pour un temps relativement court dans le cas des virus des affections respiratoires.Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est couple-grippe.jpg

Une étude a montré que le même inoculum du virus de la grippe  demeurait 3 jours infectieux sur un billet de banque et plus de 17 jours si le virus était emprisonné dans une gouttelette de mucus déposée sur le billet !!! ( beurk !)

  •  La transmission sexuelle (VIH, Hépatite B , Herpès virus) se fait par contact direct de muqueuse à muqueuse. La protection reste facile à mettre en œuvre durant les rapports sexuels pour se protéger. Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sidaction.jpg
  • D’autres modes de  transmissions virales sont possibles: congénitale chez la femme enceinte (rubéole), par injection (seringue chez les toxicomanes ), transmission iatrogène (à l’hôpital)

 

 IL Y A T-IL UNE  DOSE  DE  VIRUS  QUI  REND  MALADE  ? 

Pour un même virus, le fait de tomber malade DÉPEND DE NOMBREUX CRITÈRES: l’âge du sujet 

-l’état de santé général dont la présence de facteurs de risque : obésité, tabagisme, diabète, hypertension , cancer, immunodépression…

-la présence ou non d’immunité acquise  (d’anticorps)

-l’état de ses défenses immunitaires…!!!

Ainsi, pour une même charge virale les symptômes iront d’un simple gros rhume à une forte fièvre avec douleurs articulaires et toux, voire dans les pires des cas à une insuffisance respiratoire.

LE CYCLE INFECTIEUX DES VIRUS

Quelles Cellules préfère le virus ?

 Chaque virus présente une affinité pour tel ou tel organe ou tissus. On parle de TROPISME viral. Un virus va reconnaitre certaines molécules spécifiques (des récepteurs) à la surface de cellules cibles, sur lesquels il pourra se fixer, un peu comme une clé dans une serrure. 

Par exemple: le virus de la RAGE se réplique dans les cellules nerveuses, le VIH du SIDA se réplique dans les cellules du système immunitaire , les virus des hépatites attaquent spécifiquement les cellules du foie, les virus des voies respiratoires sont les virus de la grippe et les coronavirus (influenza)

Tous les virus présentent le même schéma de réplication : Après fixation sur la cellule cible grâce à un récepteur spécifique, le virus entier ou une partie de celui-ci pénètre dans la cellule et déverse sont matériel génétique. Celui-ci va être «exécuté» par les métabolites de la cellule qui vont produire de nouveaux virus en grand nombre : les virions. La libération des virions s’accompagne en général de la mort de la cellule hôte.

Le temps entre la pénétration du virus et la production de virions varie beaucoup d’un virus à l’autre, de un jour à plusieurs semaines.

 Qu’est ce qui fait considérer un virus comme DANGEREUX  ?

  •  Un virus sera dangereux pour certaines populations ( les personnes les plus fragiles : enfants, personnes âgées) et sera inoffensif pour d’autres.
  • Un virus sera plus dangereux s’il se transmet facilement et rapidement d’un individu à l’autre (ex : la grippe espagnole de 1918)
  • Selon le type de cellule qu’il infecte, un virus sera plus ou moins dangereux :  cellules du système nerveux pour la rage, du système immunitaire pour le VIH.

Un virus dangereux pour l’homme est aussi un virus pour lequel il n’existe pas de traitement ou de remède préventifs ex : Ebola, Virus de la Dengue.

CYCLE VIRAL DU CORONAVIRUS 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est corona-5174671__480.jpg

Après un temps d’incubation de 5 à 14 jours environ, 50 % des personnes infectées ne présentent pas ou peu de symptômes tout en étant aussi contagieuses que celles qui ont des symptômes !

Le CORONAVIRUS (famille Coronaviridae)  EST UN VIRUS ENVELOPPE à ARN  simple brin.  D’un diamètre de 120 à 160 nanomètres. Il est couvert de péplomères en forme de pétales donnant au virion l’aspect d’une couronne en microscopie électronique.

Le Coronavirus se fixe spécifiquement sur les récepteurs de l’Enzyme de conversion de l’angiotensine ECA située au niveau des cellules de l’épithélium pulmonaire. C’est une enzyme clé du système rénine angiotensine qui intervient au niveau des reins dans le maintien de l’équilibre de la pression artérielle par rétention du sel.

Après pénétration, l’ARN est immédiatement lu par les ribosomes de la cellule hôte. Le virus se réplique dans le cytoplasme. La cellule infestée éclate et libère à son tour les virions qui vont eux même s’attaquer aux cellules de l’épithélium pulmonaire.

Lorsque les symptômes se manifestent cliniquement, le virus a altéré le revêtement cellulaire des bronches et des poumons en détruisant les cellules dans lesquelles il se multiplie. Le système immunitaire déclenche alors une inflammation pour combattre le virus.

Dans le cas de patients les plus gravement touchés, ils sont placés sous ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) en service de réanimation ( ECMO  désigne, en réanimation, une technique de circulation extracorporelle offrant une assistance à la fois cardiaque et respiratoire à des patients dont le cœur et/ou les poumons ne sont pas capable d’assurer des échanges gazeux compatibles avec la vie. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Oxyg%C3%A9nation_par_membrane_extracorporelle) permettant d’oxygéner le sang et de surveiller le rythme cardiaque).

Rappelons que pour l’infection au Covid 19 :

81% des cas symptomatiques sont bénins (fièvre, toux) et n’appellent pas de consultation. Le risque augmente avec l’âge et les pathologies associées (maladies cardiaques, hypertension, diabète etc..)

COMMENT L’ORGANISME SE DÉFEND -IL

DES VIRUS  ?

En cas d’attaque virale, les défenses immunitaires de notre organisme agissent de suite et s’organisent en plusieurs niveaux. On distingue :

  • l’immunité innée, naturelle, non spécifique de l’agent infectieux. Les virus sont connus pour stimuler ces défenses innées. Ils induisent la production de cytokines ( interférons de type 1)  et activent les cellules Natural Killer.
  • L’immunité adaptative permet la production d’anticorps spécifiques.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est schema.jpg

1° LA RÉPONSE IMMUNITAIRE  INNÉE :

Elle met en jeu les barrières physico-chimiques que sont la peau, les muqueuses et les liquides biologiques. Le maintien de l’intégrité de ces tissus est primordial pour contenir les virus présents dans le milieu extérieur. Les muqueuses respiratoires sont hautement exposées aux agents pathogènes extérieurs.

  • La peau renferme par exemple des cellules sentinelles appelées cellules de Langerhans, elles peuvent détecter des micro-organismes pathogènes comme les virus.
  • les muqueuses (digestives, respiratoires) sont chargées de sécréter des anticorps particuliers de type IgA et d’autres cellules immunitaires spécialisées.
  • Si le virus arrive à franchir ces barrières, l’organisme déclenche un autre niveau de protection. Des senseurs cellulaires présents sur tous les types de cellules sont activés. Les cellules passent alors en état d’alerte et initient  la synthèse de CYTOKINES, des molécules ANTIVIRALES;
  • LES CYTOKINES  » pro inflammatoires » sont représentées par de nombreux Interférons. Elles transmettent des signaux de danger qui alertent les autres composantes cellulaires de défense de l’organisme (Natural killer, Macrophages, cellules dendritiques, Polynucléaires, Lymphocytes T). Les effets systémiques se traduisent par de la fièvre. Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est feu.jpg
  • Les cellules NATURAL KILLER (NK) activées par les Cytokines,  peuvent détruire directement les cellules infectées par des virus (ou des bactéries, ou champignons, ou parasites) en libèrant des molécules toxiques (perforines et granzymes) à l’origine de la mort des cellules infectées par des virus.

L’intervention de ces cellules immunitaires fait appel à un processus inflammatoire qui, s’il n’est pas contrôlé, peut entrainer des dommages bien plus important que l’infection virale elle-même. 

Devant cette résistance, les virus développent des stratégies d’échappement très variées (destruction des senseurs cellulaires, inactivation de la voie de synthèse des interférons…)

Les mécanismes semblent plus compliqués dans le cas du covid 19. Il y a contournement car l’interféron alpha produit augmente en parallèle la fixation du virus sur les cellules pulmonaires. Autrement dit, le mécanisme de défense est détourné au profit de l’agresseur ! D’autres interférons peuvent cependant  moduler cette réponse.

2° LA RÉPONSE  IMMUNITAIRE  ADAPTATIVE 

La plupart des infections virales conduisent à la production d’ANTICORPS  SPECIFIQUES.

 Lors de la détection de virus, des cellules présentatrices d’anticorps vont être chargées de la capture et de la présentation du virus aux lymphocytes T, ce qui aboutit à l’activation de la synthèse d’anticorps spécifiques. Libérés dans le sang dés les premières semaines post infection, ces anticorps recouvrent la particule virale circulante, l’empêche de se fixer à de nouvelles cellules, et provoquent leur élimination. Une part des lynphocytes  B stimulées par le virus peut alors se différencier en cellules mémoire à très longue durée de vie. Ils permettront une réponse immunitaire plus rapide en cas de réinfection par un virus similaire.

Notons que certaines virus échappent au système immunitaire comme le virus de la rage car il chemine le long des nerf et passe inaperçu au système immunitaire. Le virus VIH touche lui, les lymphocytes et empêchent la production d’anticorps !

Il y a donc en permanence des interactions / infection / adaptation  dans un équilibre déterminé par la capacité du système immunitaire à répondre aux attaques des agents pathogènes.

RELATION  ENTRE  LE  STRESS  ET L’IMMUNITÉ ?  » Science et Avenir  N° 878 Avril 20  p 29″ par  «Propos de Sophie Ugolini Directrice de recherche au Centre d’immunologie de Marseille -Luminy ( INSERM, CNRS, Aix Marseille Université. »

 Le stress psychologique provoque la sécrétion d’une hormone, l’adrénaline, qui va nous préparer à affronter la situation en provoquant l’accélération du rythme cardiaque, de la fréquence respiratoire …

Or, les cellules de l’immunité possèdent de l’Adrénaline ( récepteurs Bêta 2). Quand un stress se prolonge, la fixation de  l’adrénaline sur les récepteurs Beta 2  des cellules de l’immunité, diminue la réponse des défenses immunitaires. C’est un processus de régulation mais qui peut être dépassé par un stress prolongé. On comprend que lorsqu’on est fatigué et dans des conditions de stress prolongé, on tombe beaucoup plus facilement malade. Et l’on pense aux soignant tellement sur- mobilisés en période pandémique  !!!

COMMENT  LES  VIRUS  CONTOURNENT-ILS  LES  SYSTÈMES  DE DÉFENSE  DE  L’HOTE  ?

À tout moment les virus sont capables de mutations ( modification de leur gènes)  dans le but d’échapper aux systèmes de défenses de l’organisme infecté.

« Un virus, quel qu’il soit, mute en permanence« 

L’impact des mutations du coronavirus sur sa transmissibilité et sa virulence n’est pas établit  https://www.nationalgeographic.fr/sciences/2020/07/faut-il-sinquieter-des-mutations-du-coronavirus

ET  UN   VACCIN ANTI  COVID  ?  ?   ?

Ces changements de génomes semblent faire obstacle à la constitution d’un vaccin. En effet, un vaccin sera d’autant plus efficace que le virus aura peu muté entre le moment de sa conception et celui de sa mise à disposition auprès des malades. 

Philippe Sansonnetti, médecin et chercheur en microbiologie à l’Institut Pasteur et professeur au Collège de France, directeur de l’unité INSERM 786,  dans une interview sur France culture,  évoque les risques d’utiliser un vaccin précocement, sans avoir réalisé d’essais à large échelle avant commercialisation. Ceci demande un temps certain et nécessaire à la sécurité d’emploi du vaccin. cf France Culture du Jeudi 10 Septembre 2020  » COvid 19 (https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/covid-19-le-temps-scientifique-a-rebours-des-temps-politique-et-mediatique)

  Pour le virus de la grippe, le taux de mutation est assez grand,  raison pour laquelle le vaccin saisonnier n’est efficace que sur 30 à 60 % des personnes selon les années .

DES VACCINS JAMAIS FAIT AVANT :

qui qu’en veut ?

https://www.hal.inserm.fr/inserm-02315389/document

Habituellement, la première étape de la conception d’un vaccin est d’identifier quels sont les antigènes du vaccin qui vont déclencher la réponse immunitaire de l’organisme.  Cette étape étant franchie, la recherche fait des études sur des cultures de cellules, puis sur des animaux. A ce stade environ 3 à 5 années se sont écoulées !!

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sablier-money.jpgCette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sablier-om.jpg

Ensuite, si les résultats sont encourageants, vient le développement clinique d’une durée d’environ 5 ans : phase 1 on teste le vaccin sur moins de 100 personnes ; phase deux sur plusieurs centaines, phase 3 sur plusieurs milliers ! Puis, une demande d’approbation est faite aux autorités sanitaires avant d’entamer la production massive et la distribution aux populations. Face à l’urgence sanitaire,  la recherche sur le vaccin du covid serait passée directement de la phase 1 à la phase 3 !

Je vous renvois pour finir cette réflexion à un article du Dr Bruno Pitard https://www.decision-sante.com/actualites/article/2020/06/25/bruno-pitard-vaccin-covid-19-il-ny-pas-encore-dessai-clinique-sur-le-territoire-national_29850

 Les résultats des premiers vaccins à ADN/ ARN sont très attendus car aucun n’a encore jamais été commercialisé. « plusieurs vaccins à ARN ont été testés sur notre espèce par le passé mais aucun n’a dépassé les phases cliniques poursuit Bruno Pitard. Quand au vaccin à ADN, il en existe trois commercialisés pour des animaux : 

  • Les Saumons d’élevage afin de les protéger d’une maladie du pancréas ; les poulets pour qu’ils ne développent pas la grippe aviaire et les chiens pour les prémunir d’un cancer buccal. « 

 Qui veux  tester ces vaccins ? seront- ils volontaires ?  … Laissons ouverte la réflexion.

Je vous conseille de lire en suivant l’article du blog sur les huiles essentielles ANTIVIRALES… toujours d’actualité !

 Merci de votre attention !!! 

  à suivre…

BIBLIOGRAPHIE :

 

 

 

 

 

Huiles essentielles antivirales

Nous verrons dans cet article :

  1. Les points clés pour comprendre pourquoi comment
  2. les modes d’utilisation: cutané, voie orale, les doses
  3. les huiles essentielles antivirales à associer

1 – LES POINTS CLES POUR COMPRENDRE POURQUOI COMMENT :

Chaque huile essentielle contient plus de 200  molécules différentes identifiables par des techniques de  chromatographie  en phase gazeuse.

Ces molécules biochimiques ( aldéhydes aromatiques, alcool terpéniques, phénols, cétones, oxydes, terpènes…) ont des propriétés et des toxicités différentes . On peut ainsi classer les huiles essentielles comme appartenant à une famille biochimique , selon les molécules majoritaires qui entrent dans leur composition. Par exemple, on trouve des familles biochimiques, et donc des huiles essentielles à propriétés antalgiques,  cicatrisantes, anti parasitaires, calmantes, sédatives, décongestionnantes, antiseptiques, expectorantes, antibactériennes,…, régulateurs de l’immunité,  antivirales qui améliorent nos défenses immunitaires.

Les huiles essentielles fortement antivirales contiennent en majorité  des alcools terpéniques, des oxydes, des phénols. Les phénols possèdent des contres indications en raison de leur toxicité hépatique et de leur caractère irritant.  Les alcools et les oxydes, en respectant les doses recommandées et les précautions d’emploi, n’ont pas de contre indications d’où leur intérêt dans la prévention anti-virale.

Principes de précaution : Pas d’utilisation chez la femme enceinte,  respecter les doses adulte, enfant, et les fréquences d’applications.

2- LES MODES D’UTILISATION :

LA DIFFUSION ATMOSPHÉRIQUE  ne suffit pas !!! L’utilisation d’un diffuseur dilue trop les molécules actives dans la pièce.  Il n’y a pas de concentration suffisante pour bénéficier de propriétés thérapeutiques directes. Pour bénéficier des propriétés anti virales, plusieurs mode d’applications sont possibles :

  1. L’APPLICATION  CUTANÉE  :   c’est à dire en massage avec  une huile, et à des dilutions correctes .

FAIRE UN TEST DE SENSIBILITÉ avant toute application cutanée : les huiles essentielles peuvent être irritantes et selon leur qualité, on n’est pas à l’abri d’une réaction allergique.

Le TEST de SENSIBILITÉ : Appliquer 2 , 3 gouttes sur le pli interne du coude là ou la peau est fine et bien vascularisée . Observer l’apparition de rougeur dans les 15 minutes suivantes. Si rien n’apparait, la tolérance est Ok et on peut utiliser l’huile essentielle en application de façon sécure.

  • UNE  ACTION  LOCALE :  sur la poitrine et le haut du dos pour soulager la sphère respiratoire, sur la nuque et le cou pour soulager les douleurs au niveau de la gorge , sur les tempes pour les maux de tête. Attention d’éviter la zone proche des yeux pour éviter des irritations.

Pour stimuler les défenses , on applique en massage sur le haut du dos, au  niveau de la colonne vertébrale où sont produit les anticorps. En énergétique, on peut aussi appliquer quelques gouttes au niveau du plexus solaire et sur l’intérieur des poignets.

  • Doses pour l’application cutanée  :

Adulte à partir de 15 ans = faire une  dilution à  30 %  pour les peaux fragiles ( soit 3 gouttes d’huile essentielles avec 6 gouttes d’huile végétale ) ou une dilution à 50%  (soit  environ 4 gouttes d’huile essentielle pure diluées dans la même quantité d’huiles végétale par application ).

Enfants à partir de 30 mois ou patient à peau sensible = faire une dilution à 30 % d’huiles essentielles , soit de 4 gouttes d’huile essentielle dans 8 gouttes d’huile végétale.

  • HUILES  VEGETALES  UTILISÉES :

l’huile végétale de macadamia qui n’est pas trop grasse, ou bien l’huile végétale de noyau d’abricot ou l’huile d’amande douce ( attention en cas d’allergie aux fruits à coque !!!).  ÉVITER LES HUILES DITES SÈCHES  des COSMÉTIQUES contenant des additifs chimiques  et méfiez vous des mentions publicitaires  » bio »  » naturelle ».. vérifiez la composition !!!

  • Fréquence d’application : On adapte  selon le cas  :

En prévention, il suffit d’1 application par jour, 5 jours sur 7 ( garder toujours une période sans utilisation d’huiles essentielles).

En curatif, appliquer 3 fois par jours , 5 jours sur 7.

2. LA VOIE ORALE : on peut bénéficier des propriétés des huiles essentielles en les prenant par voie orale.

La dose maximum par prise est, pour un adulte de 2 gouttes d’huile essentielle pure à prendre diluées sur un support neutre, c’est à dire, par exemple dans une cuillère de miel, ou bien d’huile alimentaire comme l’huile d’olive, ou sur un morceaux de pain ou sur un comprimé neutre si vous préférez.

Si le goût vous parait trop fort, il faudra, au plus simple, utiliser des capsules d’huiles essentielles toutes prêtes, comme en proposent certaines marques de bonne qualité : -pranarôm « oleocaps 1 :Voies respiratoires », Oleocaps 4  » défenses immunitaires  , -phytosun  » capsules Nez gorge »; Capsules « Bronches »; ou faire faire une préparation de gélules  d’huiles essentielles.

3- LES HUILES ESSENTIELLES ANTIVIRALES à ASSOCIER :

Maintenant que nous avons posé les conditions d’une bonne utilisation, voici les huiles essentielles antivirales que vous pouvez utiliser.

Les huiles essentielles travaillent beaucoup mieux en équipe car leurs molécules se complètent en terme de propriétés biochimiques. Elles agissent en synergie (voir article correspondant). ON VA DONC ASSOCIER :

  • 1 huile essentielle  à OXYDE au choix,  avec
  • 1 huile essentielle à ALCOOL

Associer : UNE huiles essentielles  à OXYDE au choix parmi :

  • l’EUCALYPTUS  RADIE (Eucalyptus radiata) ( attention  pas d’eucalyptus GLOBULUS , trop riche en cétones ) 
  •  le NIAOULI (Melaleuca quinquenervia CT Cinéole)
  •  le MANDRAVASAROTA ou SARO , (Cinnamoma fragrans)
  • le ROMARIN CT Cinéole (Rosmarinus officinalis CT Cinéole).

+   à ASSOCIER  AVEC  une Huile essentielle riche en ALCOOL terpéniques  au choix parmi:

  • le LAURIER NOBLE (Laurus nobilis)
  • le TEA-TREE ou ARBRE à THE ( Melaleuca alternifolia)
  • le PALMAROSA ( Cymbopogon martini )
  • la MARJOLAINE à COQUILLE ( Origanum majorana)
  • le BOIS DE ROSE  (Aniba rosaeodora )

MODE opératoire :

Vous pourrez donc préparer un flacon en verre teinté de 5 ml par exemple avec 30 gouttes de votre huile essentielle à oxydes , et 30 gouttes de votre huile essentielle à alcool. Puis faire une dilution à 50%, Ajouter  le même volume d’huile végétale.

  • En prévention, chez l’adulte : 

Par voie orale  2 gouttes de ce mélange dans une cuillère de miel une fois par jour 5 jours sur 7  durant la période à risque.

-Vous pouvez également appliquer en massage environ 4 à 5 gouttes de cette dilution d’huiles essentielles sur le haut du dos et la thorax une fois par jour ou sur les poignets.

  • En curatif , chez l’adulte:

Si vous commencez à sentir les premiers signes de refroidissement par exemple, vous pouvez  renouveler l’application cutanée trois fois par jours, durant 5 jours , et selon la gravité, prendre par voie orale 2 gouttes du mélange d’huile essentielle diluée dans du miel , au début des repas, trois fois par jour 5 jours sur 7.

Bibliographie :

« Aromathérapie Scientifique et Médicale » Collège d’aromathérapie  de Mr Baudoux.  Merci à Mr Dominique Baudoux pour ses formations aux huiles essentielles.

Bonne prévention  à tous !!!

Huiles essentielles contre la Grippe

La grippe est une maladie infectieuse qui provient d’un virus et touche les voies respiratoires. Si les antibiotiques sont inefficaces, les huiles essentielles aident notre organisme de façon puissante à augmenter rapidement ses défenses naturelles.

  • La grippe :

Comme il s’agit d’une infection par un virus, les antibiotiques n’agissent pas sur les virus.

240_f_72469489_iejl7xgmcbjtq19ei1eijb1k81ok6bmf

virus de la grippe

Dans un rhume banal, on peut avoir de la fièvre, mal de tête, nez qui coule, toux… mais lorsqu’il s’agit de la grippe, on est KO avec de la fièvre,  essoufflements, douleurs diffuses…et beaucoup de fatigue et de faiblesse.

Comme il s’agit d’une infection par un virus, la grippe est souvent désarmante car les antibiotiques n’agissent pas sur les virus.couple-grippe

Alors que peut-on faire à part regretter d’avoir manqué une vaccination homéopathique ou pas, ou se dire qu’on aurait dû forcer un peu plus sur la prévention en boostant ses défenses immunitaires avant l’hiver …?

  • L’apport des huiles essentielles (H.E.)

Les H.E. n’ont pas que des propriétés relaxantes connues par les massages, loin de là. Certaines H.E. ont de puissantes actions antibactériennes,  antivirales et améliorent grandement et rapidement les défenses de l’organisme. Ces propriétés viennent d’une composition biochimique riche en oxydes et alcools terpéniques. Elles sont un recours incomparable en cas d’apparition d’un symptôme grippal.

  • Les huiles essentielles recommandées en cas de grippe :

Il faudra s’orienter vers les H.E. ayant des propriétés antivirales exceptionnelles , tout en ayant une sécurité  d’utilisation optimale. La  proposition suivante provient de Mr Dominique Baudoux, Docteur en pharmacie, Formateur, Enseignant, Conférencier, auteur de nombreux ouvrages sur les huiles essentielles, Directeur du Collège International d’Aromathérapie en Belgique.

Trois huiles essentielles vont être associées dans un mélange afin d’obtenir  une action puissante et complémentaire :Dans un flacon en verre teinté de 5 ml ou 10 ml , mélanger :

  • 40 gouttes d’huile essentielle de RAVINTSARA  Cinnamomum camphora Chémotype (CT) cinéole
  • 20 gouttes d’huile essentielle de PALMAROSA  Cymbopognon martinii
  • 20 gouttes d’huile essentielle de LAURIER NOBLE  Laurus nobilis
  • ou bien :10 Gouttes d’huile essentielle d’EUCALYPTUS  MENTHOLE
  • mélanger à 35 goutte d’HUILE  VEGETALE de MACADAMIA.

Il est important de respecter les proportions de ce mélange.

Appliquer 10 gouttes sur le thorax six fois par jour  pendant 5 à 7 jours et 5 gouttes dans un peu de miel 4 fois par jour pour un adulte.

Ce mélange  des trois huiles essentielles procure une puissante action antivirale tout en aidant les défenses de notre organisme à lutter contre le virus de la grippe.

  • Modalités d’emploi : Application cutanée.

-Avant toute utilisation cutanée faire un test de sensibilité : mettre une ou deux gouttes  au niveau du pli interne du coude. Si aucune rougeur n’apparait dans les 10 minutes le mélange peut être utilisé sans risque d’allergie.

-Dés les premiers symptômes de la grippe, le mélange sera utilisé par application sur la peau au niveau du thorax et du dos afin d’avoir une action directe au niveau respiratoire et immunitaire.

CHEZ L’ADULTE : Utilisation de  10 gouttes du mélange, en massage sur la poitrine et haut du dos SIX à HUIT FOIS par jour pendant 3 jours à 5 jours. Pas d’utilisation chez la femme enceinte.

CHEZ L’ENFANT DE 30 MOIS à 10 ANS: préparer le mélange d’huile essentielle pures, sans l’huile de macadamia. On pourra ensuite utiliser cette synergie en la DILUANT DE MOITIE DANS UNE HUILE VÉGÉTALE (huile végétale d’abricot, ou d’amande douce par exemple). Posologie : diluer  5 gouttes du mélange dans 5 gouttes d’huile végétale  et passer sur le thorax et sur le dos SIX FOIS par jour pendant 3 jours.

CHEZ LES BÉBÉS DE 3 MOIS à 30 MOIS: DILUER encore davantage le mélange d’huile essentielles pures :  TROIS gouttes du mélange des HE  dans 6 gouttes d’huile végétale et appliquer SIX FOIS PAR JOUR sur le thorax et le dos pendant TROIS jours.

  • Recommandations :

-Pas d’utilisation chez la femme enceinte.

-Garder le flacon hors de portée des enfants.

-Toujours faire le test de sensibilité indiqué plus haut avant une application cutanée, y compris chez les enfants, en diluant alors la goutte test avec une goutte d’huile végétale.

-Bien respecter les dilutions et les posologies surtout chez les enfants.

-Bien se laver les mains après utilisation pour ne pas s’en mettre accidentellement dans les yeux. Auquel cas, laver d’abord abondamment  les yeux avec de l’eau , puis passer un coton imprégné d’une huile pour éliminer tout reste d’huile essentielle.

-La qualité des huiles essentielle achetées doit être optimale afin de  ne pas contenir de contaminant. Je vous déconseille les huiles essentielles les moins chères. Je vous recommande la marque Pranarôm investie depuis longtemps dans la qualité, l’écologie et la formation de tout un chacun. Achetez les plutôt en pharmacie. (Lire l’article sur le blog : Comment choisir les huiles essentielles.)

-Conservation : Les huiles essentielles, conservées à l’abri de la lumière, de la chaleur, dans un flacon de verre teinté bien fermé se conservent très bien, plusieurs années. Ne les jetez pas, ces essences précieuses sont obtenues grâce à des tonnes de plantes aimantes et  généreuses !

goutte-de-foret    Bel hiver à vous !